Helmut DEJARDIN       

1/48

 

Cotre de guerre  Le Cerf  1779

 

 

Vue d'ensemble montrant l'étendue de la mâture

Le modèle est présenté tout dehors (avec son gréement complet) mais à sec de toile. On peut, cependant, imaginer aisément l’ampleur de la voilure de ces cotres. En effet, pour ces petits bâtiments la vitesse et la manœuvrabilité étaient capitales pour le succès de leurs missions.


Pour les proportions de la mâture, Jean Boudriot s'est basé sur le Traité Elémentaire de la Mâture des Vaisseaux publié en 1788 par l'Ingénieur-Constructeur Forfait. La particularité de ce traité réside dans l'établissement des proportions des mâts suivant la largeur du navire, par contre les vergues le sont par rapport a sa longueur.
Ces proportions, qu'on peut retrouver dans l'ouvrage de Nicolas Romme, dans le répertoire de construction de Pierre Morineau, ou encore dans le dictionnaire de Blaise Ollivier pour ne citer que ceux-ci, sont basées uniquement sur le maître-bau.

 

Extrait de la table troisième de l'ouvrage de Forfait, qui traite des proportions de ce type de bâtiment.  


Table Troisième                Cutters ou Sloops de Guerre

 

Longueur de ces Bâtiments

84 Pi

81 Pi

Rapport de la largeur à la longueur

0,366

3,115

Largeur du Bâtiment

30 Pi 9 Po *

26 Pi

Rapport des dimensions des Mâts
avec la largeur du navire

Long.

Diam.

Ton
ou
Flèche

Longueur de ces Bâtiments

3,208

83 Pi 5 Po

1/42

23 Po 10 Li

1/6

13 Pi 11 Po

Rapport de la largeur à la longueur

2,391

62 Pi 2 Po

1/35

21 Po 4 Li

 

Largeur du Bâtiment

1,737

45 Pi 2 Po

1/49

11 Po 1 Li

1/3

15 Pi 1 Po

Rapport des dimensions des vergues avec la longueur du Navire

Long.

Diam.

Bouts.

Gui

0,950

77 Pi

1/55

16 Po 9 Li

 

Corne

0,571

46 Pi 3 Po

1/53

10 Po 6 Li

Vergue de fortune

0,694

56 Pi 3 Po

1/58

11 Po 8 Li

1/12

4 Pi 7 Po

Vergue de hune

0,556

45 Pi

1/58

9 Po 4 Li

1/10

4 Pi 6 Po

Vergue de perroquet

0,403

32 Pi 7 Po

1/72

5 Po 5 Li

1/14

2 Pi 4 Po

Rapport des positions des mâts à la longueur du navire

Position du mât en avant du milieu

0,154

12 Pi 6 Po

 

Pente du mât par rapport à la verticale

1 Po ¼ par Pi

8 Pi 8 Po

Pente du beaupré par rapport à l’horizon

1 Po ¼ par Pi

8 Pi

 
*
Valeur calculée suivant la longueur et le rapport de la largeur à la longueur du bâtiment  donné dans la table ci-dessus.
Les valeurs en Pied, Pouces et Lignes qu'on trouve ajoutées dans les colonnes en couleur grise, dans le tableau sont calculées sur base des dimensions du Cotre Le Cerf dont la longueur est de 81 Pi et  la largeur de 26 Pi. Le résultat des calculs correspond aux valeurs mesurées sur la planche IX  de la monographie.
 

 


 

 
 

 

 

 

 

 

 

Avec cette vue avant, on est frappé par l’impressionnante envergure des cotres. La surface de toiles atteinte, lorsque toutes les voiles sont établies, est extrêmement  importante pour un navire d’aussi faibles dimensions. Cet  atout  était cependant la grande faiblesse de ce type de bateau, tout cette voilure n’étant supportée que par un seul mat.

Ce grave défaut  a causé l’abandon des cotres dans la marine française  après seulement dix ans de constructions au profit des bricks. Les cotres referont leur apparition à partir du début du       XIXéme siècle mais avec des dimensions plus raisonnables  et un armement sensiblement réduit.

 Une autre grande particularité des cotres
se voit très bien sur cette photo: la plus grande partie des bras  de vergues et des  boulines transite par l’extrémité du beaupré.

 

 













La hune  est de forme classique ; par contre il faut remarquer  l’absence de caps de mouton pour rider les haubans de hune. La vergue de hunier est conforme aux usages de l’époque. Légèrement au dessus de cette dernière la vergue de flèche en cul.


 

 















Sur cette vue trois quart arrière, on distingue bien la plateforme de hune, le ton du mât et le chuquet à l’anglaise.

 

 


Ici, on voit  le bout-dehors de vergue de fortune supportant par l’intermédiaire d’une poulie la demi vergue d’envergure de bonnette de fortune.

 

 
 Vue de trois quart  arrière, on peut apprécier la finesse des façons de l'arrière.

 

 

 

                 



© Amarsenal.be 2003-2007